MEDECINS D'AFRIQUE
ONG Internationale des Médecins et Acteurs de Santé pour la Promotion des Soins de Santé Primaires
afrique de l'ouest


Vos compétences sont les atouts de l'Afrique pour son développement socio-sanitaire.
Les questions de santé se dressent avec plus d'acuité encore en Afrique. Les compétences existent à travers le réseau de médecins, pharmaciens, tradipraticiens et scientifiques africains. Il ne tient qu'à nous tous de les fédérer pour les mettre au service du développement socio-sanitaire.




MÉDECINS D'AFRIQUE - COORDINATION D'AFRIQUE DE L'OUEST

Sénégal - Sensibilisation des collégiens de Djinabar sur le Choléra
11.07.2014
photoCoordination
Samedi 24 mai 2014 s’est tenue au collège de Djibanar une séance de sensibilisation sur le choléra. La séance a débuté à 11h en présence d’élèves et enseignants du collège sous la conduite des exposants comme M. GOUDIABY, M. SADIO et M. DIATTA, tous professeurs de SVT.

Cette première sensibilisation sur le choléra de MDA a coïncidé avec l’arrivée des premières pluies et les fruits qui mûrissent au sud du pays (la Casamance) et s’était une occasion de parler de cette maladie dont la contamination se fait par absorption d’eau ou d’aliments souillés. Ce thème sur le choléra a pris fin par l’explication des moyens de lutter contre le choléra qui consiste essentiellement à respecter les règles d’hygiène (laver bien les aliments, boire une eau potable, se laver fréquemment les mains, utiliser les latrines…), utiliser la chimio-prévention pour les personnes exposées, dormir la nuit sous une moustiquaire.

La séance a pris fin à 13h05. A partir de 21heures une soirée dansante était organisée, qui a permis de faire rentrer quelques fonds dans les caisses de l’association en prévision des prochaines activités.

Malang Ndiaye, Point Focal MDA Sénégal
Guinée : Médecins d’Afrique Guinée continue à mobiliser la population pour faire connaître et appliquer des bonnes pratiques d’hygiène préventives dans la lutte contre Ebola
11.07.2014
photoCoordination
Au 4 juillet, la situation est toujours critique avec de nouveaux cas de contamination par le virus Ebola et des décès. Au total, depuis le début de la crise, on a enregistré 292 cas confirmés dont 194 décès, répartis sur Guékédou, Conakry, Macenta, Télimélé (les plus touchées), Boffa, Dabola, Kissidougou et Kouroussa. En Sierra Leone, ce sont 199 cas confirmés d’Ebola qui sont à déplorer, avec 99 décès.

Tandis que d’autres acteurs humanitaires tentent de soigner les malades, Médecins d’Afrique Guinée s’attaque au problème de la propagation du virus et continue son travail de sensibilisation de la population aux mesures d’hygiène. Cela demande un gros effort de communication sociale pour le changement des comportements, car une bonne partie de la population a peu ou pas de connaissances sur les maladies virales, sur les comportements à risque de contamination et sur les méthodes de prévention. Pour pouvoir toucher toute la population, lettrée ou non, les volontaires de Médecins d’Afrique ont recours à des boîtes à images pour mieux expliquer ce qu’est le virus Ebola, comment il s’attaque au corps, comment il peut se propager et ce que l’on doit faire pour prévenir cette propagation.

Nous espérons transmettre ainsi les bons réflexes pour que nos concitoyens ne se mettent pas en danger inutilement par simple ignorance de ce qui peut transmettre le virus.

Quelques rappels :

Pour éviter la contamination
• Eviter de chasser les gibiers (Singes, chauve souris, antilopes, porcs-épics …) ou d’acheter du gibier de brousse
• Eviter la consommation ou la manipulation des animaux morts de cause inconnue ou retrouvés malades dans la forêt ;

En cas de suspicion de la maladie (fièvre, maux de tête, saignement) : • Prévenir l’agent de santé de la localité la plus proche du malade
• Informer votre famille et vos amis de votre maladie.
• Rester chez vous et éviter de vous rendre sur votre lieu de travail, votre école ou à des rassemblements
• Désinfecter tout objet souillé par les secrétions du malade avec une solution javellisée
• Rechercher de l’aide pour les tâches ménagères qui supposent des contacts avec d’autres personnes,

Pour éviter la propagation de la maladie dans la communauté
• Eviter tout contact étroit avec les personnes en provenance des zones affectées et qui présentent une fièvre et des saignements ;
• Se laver les mains avec de l’eau et du savon fréquemment et soigneusement
• Eviter de manipuler le malade (ou une personne décédée à cause du virus).
Sénégal - Sensibilisation sur l’hygiène alimentaire et les grossesses précoces
03.02.2014
photoCoordination
Ce 30 Janvier 2014 MDA/Sénégal a organisé à l’école de Djibanar II une séance de sensibilisation sur les thèmes: HYGIENE ALIMENTAIRE (eau potable) et GROSSESSES PRECOCES.

La séance a démarré à 15h20mn par une observation d’une minute de silence en la mémoire de Théodore Gabriel Jean NDECKY membre de MDA décédé la nuit du 24 Janvier 2014 à Ziguinchor. M. NDECKY a été professeur au Collège d’Enseignement Moyen de Djibanar depuis 5 ans.

Après un mot de bienvenue du Président de l’APE (Association des Parents d’Elèves) puis du Directeur de l’école d’accueil, le coordonnateur a pris la parole pour magnifier la présence massive des élèves surtout des filles et des enseignants avant d’ouvrir la séance. En effet, il est important que les filles soient sensibilisées sur le phénomène des grossesses précoces qui plombe la scolarité de nombreuses jeunes filles.

L’activité proprement dite s’est ouverte par le thème « grossesses précoces » avec la formule participative des questions réponses sous la conduite de Madame Diouf, enseignante à l’école I de Djibanar et licenciée en Santé communautaire à l’Université de Bambey au Sénégal, conférencière du jour. Des exercices sous forme de questions ont été soumis aux élèves. A la suite des réponses de ces derniers, Madame Diouf apportait des compléments d’informations.

Parmi les questions posées:
- Qu’est ce qu’une grossesse précoce ?
- Quelles sont les causes d’une grossesse précoce ?
- Quelles sont les conséquences d’une grossesse précoce ?
- Que faire pour éviter une grossesse précoce ?

Il faut souligner que Mme Diouf a été dans sa tâche épaulée par les autres enseignants présents à la séance.

A l’image du premier thème abordé, le second (hygiène alimentaire) a été développé sur la même formule (questions-réponses). Pour celui-ci, les exercices tournaient autour des questions:
- Quelles sont les sources d’approvisionnement de l’eau dans la localité?
- L’eau obtenue de ces sources est-elle immédiatement consommable, sinon comment faire pour la rendre potable?
- Nous avons 10 litres d’eau à rendre potable par le chlore, quelle quantité de chlore y mettre?

C’est autour de ces questions que le second thème a été développé. A la fin de tout ce travail, une synthèse a été faite tour à tour sur les deux thèmes par Madame Diouf. La séance prendra fin à 19h03mn avec les mots de remerciement du coordonnateur de MDA/Sénégal à l’endroit de l’assistance. Ce 30 Janvier 2014 MDA/Sénégal a organisé à l’école de Djibanar II une séance de sensibilisation sur les thèmes: HYGIENE ALIMENTAIRE (eau potable) et GROSSESSES PRECOCES.

La séance a démarré à 15h20mn par une observation d’une minute de silence en la mémoire de Théodore Gabriel Jean NDECKY membre de MDA décédé la nuit du 24 Janvier 2014 à Ziguinchor. M. NDECKY a été professeur au Collège d’Enseignement Moyen de Djibanar depuis 5 ans.

Après un mot de bienvenue du Président de l’APE (Association des Parents d’Elèves) puis du Directeur de l’école d’accueil, le coordonnateur a pris la parole pour magnifier la présence massive des élèves surtout des filles et des enseignants avant d’ouvrir la séance. En effet, il est important que les filles soient sensibilisées sur le phénomène des grossesses précoces qui plombe la scolarité de nombreuses jeunes filles.

L’activité proprement dite s’est ouverte par le thème « grossesses précoces » avec la formule participative des questions réponses sous la conduite de Madame Diouf, enseignante à l’école I de Djibanar et licenciée en Santé communautaire à l’Université de Bambey au Sénégal, conférencière du jour. Des exercices sous forme de questions ont été soumis aux élèves. A la suite des réponses de ces derniers, Madame Diouf apportait des compléments d’informations.

Parmi les questions posées:
- Qu’est ce qu’une grossesse précoce ?
- Quelles sont les causes d’une grossesse précoce ?
- Quelles sont les conséquences d’une grossesse précoce ?
- Que faire pour éviter une grossesse précoce ?

Il faut souligner que Mme Diouf a été dans sa tâche épaulée par les autres enseignants présents à la séance.

A l’image du premier thème abordé, le second (hygiène alimentaire) a été développé sur la même formule (questions-réponses). Pour celui-ci, les exercices tournaient autour des questions:
- Quelles sont les sources d’approvisionnement de l’eau dans la localité?
- L’eau obtenue de ces sources est-elle immédiatement consommable, sinon comment faire pour la rendre potable?
- Nous avons 10 litres d’eau à rendre potable par le chlore, quelle quantité de chlore y mettre?

C’est autour de ces questions que le second thème a été développé. A la fin de tout ce travail, une synthèse a été faite tour à tour sur les deux thèmes par Madame Diouf. La séance prendra fin à 19h03mn avec les mots de remerciement du coordonnateur de MDA/Sénégal à l’endroit de l’assistance.
Sénégal - Médecins d’Afrique reprend ses activités de santé scolaire !
30.11.2013
photoCoordination
Ce Samedi 30 Novembre 2013, l’équipe MDA Sud Sénégal était à l’école élémentaire du village de Kounayan, à deux kilomètres du village de Djibanar, à partir de 15 h précises sur le thème : SENSIBILISATION SUR LES GROSSESSE PRÉCOCES.

C’est une question très importante dans la région de Kolda, en Casamance, où trop d’adolescentes se retrouvent contraintes d’abandonner leurs études à causes des grossesses précoces, sans compter les risques de contamination par le VIH qui vont de pair avec les rapports non protégés. C’est également une cause possible de rejet par leurs familles et donc de précarisation encore plus grande pour ces jeunes filles, qui sont souvent déjà issues de milieux défavorisés.

La prise de conscience est urgente, tant pour les filles que pour les garçons, que la planification familiale est une chose à laquelle il faut réfléchir dès que l’on commence à avoir des rapports sexuels, protégés ou non, vu qu’un accident est toujours possible. Notre approche tient compte du genre, des questionnements spécifiques des filles et des garçons, afin d’apporter des réponses correspondant au mieux à leurs attentes.
Sénégal - Journée de sensibilisation communautaire
22.08.2013
photoCoordination
Médecins d’Afrique Sud-Sénégal a organisé à Djinabar (Casamance), en avant première de la Journée Mondiale de l’Aide Humanitaire, une Journée communautaire de sensibilisation au développement socio-sanitaire local. La journée du samedi 17 août 2013 a ainsi été une journée bien chargée et pleine d’émotions.

De 9h à 13h les membres de MDA ont nettoyé (set-sétal) au poste de santé, à la chapelle et à la grande mosquée du village de Djibanar. Trois groupes se sont formés à cet effet répartis dans ces sites. De 13h à 20h une sensibilisation sur les thèmes : « la paix en Casamance et le développement local » et « l’hygiène et la lutte contre le paludisme » deux thèmes d’une importance capitale pour la population de Djibanar ont bien captivé l’assistance venue nombreuse malgré le retard noté dans le démarrage des activités. De 21h à l’aube une soirée dansante a couronné les activités et permis à toute l’équipe de se réjouir ensemble du succès de la journée.

Cette journée bien remplie a également été riche en émotions. Le théâtre joué par le club Amnesty sur la paix qui est le gage de tout développement commenté par Abdou Aziz DIATTA et le Pasteur en 30mn a ému l’assistance. La venue de l’équipe de Marie Pauline Mboyo, membre de MDA en Belgique, a donné une autre envergure à cette journée. Une grande joie tant pour les membres de MDA que pour la population de Djibanar et environs. Elle a donné une grande motivation aux membres mais aussi une promotion pour l’association. Les présentations faites par l’équipe de Marie et le Pasteur sur « la lutte contre le paludisme » ont émerveillé le public. En effet c’est un thème bien présenté en projection et l’assistance a bien suivi entre autre les étapes d’évolution du paludisme (les formes de gravité), le traitement du paludisme mais aussi comment prévenir le paludisme. Le public a posé des questions qui ont permis de prolonger les échanges.

Il est important de noter que tout ceci s’est déroulé devant le représentant du Préfet et du sous préfet, du Président du Conseil Rural (PCR), du Président du collectif des chefs de villages, quelques chefs de villages, du Pasteur de l’Imam de la grande mosquée de Djibanar les notables des villages pour ne citer que ceux là. Nous osons dire sans risque de nous tromper que les objectifs visés lors de cette journée sont largement atteints
SENEGAL - Atelier de sensibilisation en Casamance
26.06.2013
photoCoordination
L’équipe de Médecins d’Afrique en Casamance (Sénégal) a organisé un atelier de sensibilisation « grossesses précoces » et « paludisme » le 31 Mai 2013 à Djinabar, dans la région de Sédhiou. En effet, l’équipe, qui comprend des enseignants de la région, a noté que ces préoccupations étaient fortes parmi les jeunes et représentaient des enjeux de santé publique. Or, tant pour les grossesses précoces que pour le paludisme, la prévention joue un rôle fondamental. Cet atelier, animé par des volontaires de Médecins d’Afrique, a connu une forte participation des écoliers et de leurs enseignants.

Pour voir l’atelier en images, vous pouvez visiter la page facebook de Médecins d’Afrique.
COTE D’IVOIRE - Alphabétisation sanitaire des mères via les mamans-relais à Abidjan
26.06.2013
photoCoordination
Médecins d’Afrique vient de lancer son projet d’alphabétisation sanitaire des mères via les mamans-relais à Abidjan. Il s’agit d’identifier et de former 40 mamans-relais issues de toutes les communes d’Abidjan, leaders dans leurs communautés et qui, en retour, vont sensibiliser les mères dans leurs foyers sur les bonnes pratiques sanitaires et nutritionnelles. But : contribuer à la réduction de la morbi-mortalité dans les foyers.

Les mamans-relais ont reçu une formation intense de 3 jours (les 20, 21 et 22 Juin 2013) sur 12 modules axés autour de la santé, la nutrition, l’économie familiale, la communication et la formation des adultes. Chaque maman-relais a reçu en fin de formation son diplôme qui légitime sa mission et des outils de communication, lors d’une cérémonie à laquelle ont participé les représentants de 12 organes de presse.

A la fin de ce projet, Médecins d’Afrique Côte d’Ivoire espère sensibiliser 4 000 mères d’Abidjan grâce aux interventions des mamans-relais. La capitalisation de cette expérience au niveau local permettra son essaimage dans d’autres villes de Côte d’Ivoire avec, nous l’espérons, à la longue une densification du réseau des mamans-relais pour asseoir durablement les bonnes pratiques sanitaires et nutritionnelles.

Ce projet a été co-financé par Médecins d’Afrique (Aquitaine, Coordination Europe et Côte d’Ivoire) et le PRA/OSIM.
Projet de Redynamisation de la Santé Scolaire en Guinée Conakry
26.07.2012
photoCoordination
13 étudiants de Sciences Po de première et de deuxième année sont partis en Juillet 2012 travailler à la rénovation d’une école en Guinée Conakry dans le cadre de la seconde édition du voyage humanitaire de l’Association de Sciences Po pour l’Afrique (ASPA). Ils ont rencontré avant leur départ le Dr Jean Théophile Banzouzi, Coordonnateur Europe de Médecins d’Afrique (MDA), qui les a mis en lien avec la Représentation Guinée de MDA, dirigée par le Dr Denise Kamano

Soutenu notamment par Sciences Po, cette aventure a déjà permis à 250 élèves de l’école Nongo de recevoir leur première consultation médicale grâce au partenariat établi avec la Représentation Guinée de MDA. Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le blog des étudiants : http://chroniques-conakry.blogspot.fr/
Visite du Pr Yapi, Coordonnateur Afrique de l’Ouest, au siège francilien de Médecins d’Afrique
25.05.2012
photoCoordination
La Coordination Europe de Médecins d’Afrique a eu le plaisir de recevoir aujourd’hui 25 Mai 2012 la visite du Pr Désiré Yapi, Coordonnateur Afrique de l’Ouest de MDA, dans le cadre d’une mission en France. Il a pu rencontrer les membres du bureau et plusieurs stagiaires et bénévoles présents ce jour-là.

Au-delà des retrouvailles avec l’équipe de la Coordination Europe, ce furent trois heures de travail autour des grands axes des activités, du déploiement et de la consolidation de Médecins d’Afrique dans le monde et principalement en Afrique de l’Ouest. Le point focal des échanges a été le CERMA (Centre d’Etudes et de Recherches de Médecins d’Afrique) et notamment son collège de chercheurs, et le plan d’action de la Représentation Côte d’Ivoire de Médecins d’Afrique. Rendez-vous est pris à la fin de l’année avec toute l’équipe de MDA Côte d’Ivoire, déclarée en 2012, pour une visite cette fois du Dr Banzouzi, Coordonnateur Europe.
MALI - Mission d’évaluation pour la Santé Scolaire au Mali
18.09.2010
photoCoordination
Dans le cadre d’une mission exploratoire sur la santé scolaire au Mali, deux membres de Médecins d’Afrique, le Docteur Koné Abdoul Karim, médecin à Bamako et Madame Blanchot Nelly, Orthophoniste à Bordeaux ont réalisé une étude préliminaire du 15 au 29 août à Bamako. Le protocole de l’étude avait été défini en accord avec Dr Bansimba, Secrétaire Général de Médecins d’Afrique et Dr Banzouzi, Coordonnateur Europe de l’ONG. L’objectif de cette initiative était de faire un état des lieux et d’identifier les forces, faiblesses, opportunités et menaces des interventions en matière de santé scolaire au Mali afin d’envisager les conditions de la mise en place d’un éventuel projet RESASCO au Mali (Redynamisation de la Santé Scolaire).

Dr Kone et Mme Blanchot ont ainsi réalisé 20 entretiens avec pour objectif principal d’évaluer sous différents points de vue les besoins des Maliens en matière de santé scolaire par des Maliens eux-mêmes. Ils ont rencontré les interlocuteurs clés de la santé scolaire au Mali au sein des structures en charge de la Santé : Ministère de la Santé, CSCOM, Centres de Référence, Brigade de l’hygiène et au sein des structures en charge de l’Education : Ministère de l’Education Nationale, Centre National de l’Education, Direction Nationale de l’Education de Base, Direction Nationale de L’Enseignement Général Secondaire, Cellule de Planification et de Statistique, Cellule des Outils Pédagogiques, Centre d’Animation Pédagogique. Ils ont aussi recueilli les attentes des responsables d’autres structures impliquées dans la santé scolaire : écoles privées, écoles publiques, centre de prise en charge d’enfants handicapés, SOS villages.

Ce premier diagnostic de l’environnement sanitaire des élèves au Mali a trouvé un écho favorable auprès de l’ensemble des intervenants qui ont tous réservé un excellent accueil à l’équipe de Médecins d’Afrique. Les résultats de cette étude seront partagés prochainement avec l’équipe dirigeante de Médecins d’Afrique afin d’y donner une suite appropriée.